8 réflexions sur “ Conférences et dédicaces ”

  1. Après la période d’inflation, il ya 13,8 milliards d’années, lorsque l’univers s’est répandu, après la formation des galaxies, celles-ci se sont éloignées les unes des autres en accélérant. Les plus éloignées allant plus vite.

    Voici mes questions

    Lorsqu’elles ont dépassées l’horizon cosmique que deviennent-elles alors qu’elles ne peuvent dépasser la vitesse de la lumière ? est-il possible d’extrapoler ?
    De plus toutes ces galaxies hors de notre vue représentent une masse considérable et dont l’attraction gravitationnelle ne doit pas être négligeable sur l’ensemble, et donc on peut supposer quelle puissent engendrer masse noire et énergie sombre.
    Et la masse inertielle, dans l’autre sens, doit également jouer un rôle en s’accroissant considérablement !
    Qu’en est-il ?

  2. Bravo pour cet excellent ouvrage de vulgarisation sans doute le plus complet du marché actuellement et le plus accessible pour quelqu’un qui comme moi consomme avec délice cette littérature chez Dunod et Odile Jacob par exemple.
    Bien sur tout ne peut être abordé et mis à la portée de tous mais l’effort et le résultat sont remarquables. J’ai beaucoup appris et je suis fasciné par ce magnifique travail.
    Pour ma part j’aurais aimé vous poser quelques questions et je ne sais comment vous pourriez y répondre si ce n’est en me permettant d’assister à une de vos prochaines conférences à Lyon j’espère.
    1/ Sur l’évaporation des trous noirs :
    Comment dans le premier mécanisme des particules peuvent elles acquérir grace à une « énergie empruntée » une vitesse supérieure à la lumière ? Cela n’est il pas interdit par la relativité?
    (p. 367)
    S’agit il dans le deuxième mécanisme d’une création de particule qui suivant tous les chemins d’Everett se matérialiserait statistiquement hors du trou noir tandis qu’elle tomberait en même temps dans celui-ci?
    Pourquoi dans le quatrième mécanisme l’antimatière virtuelle est elle préférentiellement attirée par le trou noir dans lequel elle disparait laissant s’échapper son antiparticule ansi « créée »?

    2/ A propos de la formule de Hartley Hawking de création de l’univers à partir ‘d’une « fluctuation quantique de rien »:
    je reste comme beaucoup sans doute tout à fait perplexe et sur ma faim . Qu’entendez vous par « rien » et comment « rien » fluctue t il ? Existe t il des particules ou des champs de rien? (Pourrait on imprimer par ailleurs la formule de Hawking sur des T shirt (succès commercial assuré) pour financer la recherche physique théorique? )
    3 / A propos de l’inflation:
    Je crois comprendre que très peu après le big bang l’univers contenant des inflatons s’est agrandi à une vitesse supérieure à celle de la lumière passant de la taille d’un proton à celui d’un petite pièce . Cet univers de la taille d’un proton contenait il déjà des inflatons et un champ inflationniste qui aurait alors voyagé plus vite que la lumière lors de cette inflation ? Comment cela est il autorisé? Les inflatons seraient des particules plus rapides que c?
    Peut on imaginer l’espace qui se serait ainsi brutalement étendu comme un simple « volume » ?Mais alors ne contenait il pas néanmoins des particules virtuelles qui se seraient dès lors en conséquence également déplacées plus vite que la lumière ? Comment cet espace peut il exister sans matière pour permettre cela?
    La vitesse de la lumière n’aurait elle pas par ailleurs pu varier dans l’histoire de l’univers permettant de ne pas être en désaccord avec son principe de vitesse ultime et cependant supérieure à sa vitesse actuelle?

    4/ Le nombre de multivers semble infini quelqu’en soit l’origine (tous les chemins possibles et tous les scenario possibles d’Everett constituent autant de lieux possibles mais plus encore une infinité d’histoires possibles tout autant que tous les univers filles en cascade de big bang ou les univers parallèles correspondant aux 10 puissance 500 géométries spatiales possibles et donc réelles de la théorie des cordes). Que serait alors la topologie de cet Amas de multivers et son histoire ? Qu’en est il du principe de causalité là dedans?
    Comment relier les mondes d’Everett et la gravité ?
    Que penser par ailleurs de la théorie qui relie les particules intriquées par un échange d’informations empruntant de micro trous noirs?

    5/ Théorie des cordes et gravité quantiques à boucles:
    je sortais avant la lecture de votre magnifique ouvrage de la lecture du superbe livre de Carlo Rovelli « Par delà le visible ».
    Il dédaigne semble t il contrairement à votre approche la théorie des cordes expliquant qu’elle ne serait pas validée en l’absence des supersymétries toujours non observées. La gravité quantique à boucles qui suppose l’existence de quantum d’espace temps que vous n’évoquez pas a selon lui le mérite de pouvoir réconcilier mécanique quantique et relativité générale. Le temps devient dans ce cas une variable qui peut disparaitre ce qui est bien pratique et réconfortant mais très troublant .
    Qu’en est il( et c’est là une question à mon sens majeure) de la nature physique du temps dans la conception du monde que vous défendez?
    Existerait il une structure quantique granulaire ( temps de planck?) du temps et des champs de temps sensible au champ gravitationnel qui en ralentirait l’écoulement?

    La théorie des cordes et la gravité quantique à boucles peuvent elle être unifiées ou s’excluent elles ?

    Merci par avance de vos réponses et pardonnez les écarts d’imagination d’un béotien fasciné par l’abime conceptuelle vertigineuse que la physique théorique nous dévoile.

    Bien cordialement

    RC LUCIANI

    1. Bonjour M Luciani, et merci beaucoup pour vos questions !
      Malheureusement, je ne vais pas avoir le temps de répondre à toutes… En revanche, effectivement, une conférence est le bon endroit pour me les poser. Je posterai très bientôt sur ce site les dates et lieux de mes prochains déplacements. J’espère que vous aurez la patience d’attendre un peu !
      En vous souhaitant une excellent journée,
      Christophe

  3. Bonjour Christophe,

    Très interessants tous vos développements et chroniques sur inter, mais si vous souhaitez trouver ou être le futur Génie de la Physique ou de la Cosmologie comme vous en parlez, il faut descriditer totalement Einstein et sa relavité générale. Ou autrement, vous resterez un suiveur ou mieux un perroquet : le mot que vous recherchiez pour remplacer vulgarisateur dans l’interview avec Patrick Cohen. Il faut avoir un grand courage pour distituer le grand savant référent Einstein ? Cela s’appelle tuer le père en psychanalyse ou d’une façon plus civilisé le remplacer pour mieux. En sciences de la Biologie ou de la Vie cela s’appelle L’Evolution Darwinienne ou autres dont devrait s’inspirer fortement la physique.
    Il est incontestable et vous le savez que les derniers développements de l’astrophysique et de physique quantique et autres formes ne collent pas avec le modèle et la relativité d’Einstein. C’est pour cela que tout le monde cherchent les raccords et l’évolution des choses en physique. Tout le monde ou presque en privé s’entend sur le racomodage des théories de la relativité générale avec le Big bang et la physique quantique pour sauver ce modèle et ne pas faire de vagues. Le plus courageux et téméraire qui n’aura pas peur de mettre un coup de pied dans le chateau de carte recevra les mérites et les lauriers.
    Mais à travers vos formalisations et explications des concepts et découvertes scientifiques, j’ai entendu que vous aviez un éclairage nouveau et plus novateur avec de meilleures explications. Cela ce comprend par le fait que vous avez écrit beaucoup pour un public de jeunes enfants.
    Ces observations me sont beaucoup plus faciles à formuler que vous car je n’ai pas de réputation ou carrière à sauver ou à perdre…
    Bonne réception et bonne lecture. Au plaisir de lire votre réponse.
    Sincères salutations.

  4. Nous nous sommes rencontrés lors d’un salon du livre a Aubagne en 2009. Après les dédicaces de « Georges et les mystères de l’univers » nous avons un peu discuté car j’ai aussi fait des études de physique, sans pour autant avoir votre talent, bien sur. Vous ne vous en souvenez probablement pas.
    Je me permets de vous recontacter car nous organisons un salon du livre dans notre ville de Saint Maximin fin mars (date à préciser ultérieurement). Je me demandais si vous pourriez nous faire l’honneur de votre présence pour présenter votre nouvel ouvrage. Éventuellement, une fois sur place, il y aurait aussi la possibilité de proposer une petite conférence sous l’égide de notre association pour enfants précoces.
    Je serais flatté que vous preniez le temps de réfléchir à cette proposition et de me préciser quelles seraient vos conditions.
    Félicitation pour votre nouvel ouvrage.

  5. Bonjour Christophe,
    je ne serai pas aussi exhaustif que M. Luciani qui pose de très bonnes questions (même s’il me semble un peu obnubilé par c au point d’oublier que vous ne cessez de rappeler dans votre livre d’une part que la relativité n’est pas une théorie quantique et que c ne peut être utilisée à ce niveau d’énergie, d’autre part que l’inflation n’est pas un déplacement mais bien une expansion même si, je le rejoins un peu, ça paraît être une nuance quelque peu superfétatoire sur le plan philosophique pour ne pas dire physique… mais je suis prêt à en débattre avec lui).
    J’ai une question simple (la réponse l’est-elle ?) : vous rappelez à plusieurs moments que notre univers visible, notre limite d’espace-temps, est un rayon de 13,8 Mds d’années (« dans le temps ») dont nous sommes le centre. Or l’univers s’accroît et cela s’accélère depuis plusieurs Mds d’années. La lumière de 13,5 Mds d’année par exemple qui nous arrive actuellement ne provient-elle pas d’objets qui sont actuellement à quelque chose comme 45 Mds d’années ? Si oui, ne serait-il pas plus juste de dire que nous somme au centre d’un univers visible qui ferait plutôt 45 Mds d’années (« dans l’espace ») ?
    Et encore merci pour votre livre -et votre prix amplement mérité- qui m’apporte des éclaircissements précieux que je parvenais pas à lire dans des lectures précédentes, et qui m’aident dans mon autre cheminement de pensées méthodiques à caractère plus spirituel (Voie du Bouddha : je crois deviner un parallèle possible entre les particules qui émergent spontanément des champs quantiques et les consciences individuelles qui émergent dans un cycle d’existences d’un champs de conscience collective. Ce ne sont pas Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan qui me contrediraient je pense…).
    Fabrice G

    1. Bonjour Fabrice et merci beaucoup pour votre message.
      je vous laisse réfléchir à votre dernier paragraphe, et continuer à puiser autour de vous des idées !
      Mais pour ce qui est de la taille de notre univers visible, je peux vous répondre.

      Tout d’abord, il faut bien comprendre que tous ces chiffres sont dépendants des modèles mathématiques utilisés, modèles qui peuvent évoluer. Mais admettons qu’un de ceux que je décris dans le livre soit le bon. Admettons que nous comprenons à quelle vitesse notre univers est en expansion… depuis sa naissance, plus ou moins.
      Dans ce cas vous avez tout à fait raison: la lumière qui nous parvient aujourd’hui après avoir voyagé depuis 13,8 Mds d’années est partie d’un endroit qui aujourd’hui est beaucoup plus lointain, environ les 45 Mds dont vous parlez. Mais nous ne pouvons pas voir aujourd’hui cet endroit tel qu’il est maintenant. Pour cela, il nous faudrait que sa lumière voyage jusqu’à nous, et nous le verrons donc dans 45 Mds d’années, et notre univers visible fera alors 45 Mds d’années de rayon.

      Mais pour l’instant, notre univers visible fait bien 13,8 Mds d’années lumière.

      J’espère que cela vous aide un peu !
      Bonne année à vous,
      Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Let's see if you're ready for some logic *